QUEL(S) LIEN(S) EXISTE-T-IL ENTRE CULTURE ET TOURISME DURABLE?

lundi 5 septembre 2016
Widetrip Actus du réseau France Patrimoine - Biodiversité Activités et loisirs
QUEL(S) LIEN(S) EXISTE-T-IL ENTRE CULTURE ET TOURISME DURABL...
Tweetchat Tourisme Durable #TDTC : Tourisme durable & Culture - avec WIDETRIP

Un mardi sur deux, ATD organise un chat' sur Twitter avec des invités spéciaux. WIDETRIP a pu apporter son expertise et des éclairages sur le sujet de la culture. Une réflexion s'est construite avec différents intervenants impliqués dans le développement durable : Quels sont les liens entre la culture et le tourisme durable ?

Quel(s) liens(s) existe-t-il entre culture et tourisme durable ?

D’après Widetrip, la culture donne sens au tourisme durable. Elle est au coeur de toute pratique touristique et c’est pourquoi le développement durable doit larespecter et la développer.

 

Le voyageur, acteur de l’économie locale

Il est essentiel de soutenir l’économie locale pour encourager le développement et la valorisation de la culture d’une destination [Widetrip]. En ce sens, le touriste / voyageur responsable n’est pas seulement observateur, mais acteur de la culture qu’il découvre car il participe à sa diffusion et à sa préservation [MonpremierTDM].

 
Le tourisme culturel durable : une visée pédagogique

La culture contribue à “éduquer” le voyageur et l’incite à adopter un comportement responsable. Il doit alors écouter et comprendre la culture dont il fait l’expérience [MonpremierTDM].

En favorisant les échanges avec les habitants, le tourisme durable permet à la culture locale de s'exprimer” [Rose Nicolas]

 
Faire l’expérience ludique de la culture

“On peut s'amuser en faisant de nombreuses découvertes, tout en se cultivant. Tout est lié !” [parisolidarithé]

N’ayons pas peur des expressions “tourisme culturel” et “tourisme durable” : explorer la culture d’un lieu de manière responsable peut tout à fait se faire de manière ludique ! Widetrip et PariSolidari-Thé proposent des jeux de pistes solidaires dans des quartiers qui regorgent de richesses : c’est le modèle du voyage participatif.

Parmi les jeux proposés par PariSolidari-Thé : (re)découvrir le 13e de la butte aux cailles, tout en expérimentant “Ma Ressourcerie”.

Et que dire d’une visite de ville impulsée par un habitant-photographe qui délivre ses conseils pour des clichés réussis ? Chez Viatao, c’est toujours un défi pour les auteurs de “trouver l'équilibre entre culture et tourisme durable sans tomber dans les pièges du folklore”.

  

Peut-on faire du tourisme culturel et durable partout?

Oui, car la culture est partout et le tourisme durable, un concept transversal.

Attention toutefois aux dérives… Il faut parfois “chercher au-delà des apparences pour ne pas tomber dans du pseudo-culturel” ou pseudo-durable pour les touristes [Viatao]. MonPremierTDM nous en donne l’exemple en Australie, où certains professionnels du tourisme proposent de grimper sur Uluru. Pourtant, en parcourant la culture aborigène, on découvre que cette pratique est irrespectueuse.

Question délicate : est-il responsable d'aller visiter certains pays dont les régimes sont peu respectueux des populations? Le tourisme peut alors apparaître comme un soutien à ces états et se positionner contre les cultures locales. C'est pour cette raison que la transparence de l’offre est importante et la traçabilité du financement essentielle « A qui profite l’argent du voyage ? » [Widetrip]

 

Pour tous les budgets ?

Être accessible financièrement est l’un des enjeux et piliers du tourisme durable. Et, comme dans tous modes de voyage “il y en a pour toutes les bourses” [Hopineo].

Le “durable” n’est pas le “premier prix”, ce dernier étant “synonyme de pratiques peu responsables” ou de faible qualité [Viatao]. Toutefois, le “durable” est un choix de consommation (comme le bio) et bien souvent, il permet souvent de faire des économies qui peuvent se répercuter sur les prix [Hopineo].

C’est le cas, chez Widetrip, qui s’efforce d’offrir des balades urbaines à Paris, à prix accessibles.

 

Comment intégrer l’ESS dans une offre de tourisme culturel ?

  • Proposer des activités en partenariat avec des acteurs locaux
  • Lier patrimoine culturel passé et initiatives nouvelles et innovantes
  • Privilégier des commerces gérés localement [Rose Nicolas]
  • Offrir l’opportunité d'apporter une contribution personnelle pour soutenir des projets locaux [Rose Nicolas]
  • Mettre d’accent sur un tourisme plus humain

À Paris et ailleurs en France, de nombreux lieux solidaires et structures responsables se développent. La mission de DreamAct est de les répertorier sur une plateforme en ligne et celle de PariSolidari-Thé de créer des jeux de piste pour partir à la découverte de ces lieux et ainsi combiner tourisme culturel, durable et Économie Sociale et Solidaire.

Faire du tourisme grâce aux entreprises engagées dans l'ESS ou faire découvrir les entreprises de l'ESS aux touristes, fonctionne dans les 2 sens !” [Viatao]

 

Respect et valorisation de la culture … quels outils pour demain ?

En premier lieu, on pense à l’économie collaborative qui permet à l'habitant d'entrer directement en contact avec le visiteur, ou inversement : “ça facilite l'échange culturel” [Widetrip]. C’est aussi un moyen de reversement direct à l’habitant, sans intermédiaire, donc un soutien à l’économie locale. L’économie collaborative va probablement continuer de se développer : d’après Widetrip, elle doit être réglementée pour éviter les dérives dont l’ubérisation à outrance et intégrer au mieux les principes de l’Économie Sociale et Solidaire.

La “sharing economy” connaît une forte expansion grâce aux Technologies de l’Information et de la Communication. La réalité virtuelle est pensée comme un nouveau moyen de sensibilisation à la culture, sans pour autant voyager.

Selon Widetrip, des concepts de ce type se développent et vont faire rapidement le buzz dans le monde du tourisme. Quand l’initiative est pensée à bon escient, elle prend alors tout son sens : pensons notamment à ce système de caméra 360° développé par Expedia pour les enfants malades de St. Jude Children’sResearchHospital qui ne peuvent pas se déplacer : un moyen de “faire venir le monde à eux”…

Reste les fidèles guides papier durable et responsable dont les éditions des guides Tao ou les guides Zigzao, tous deux membres du réseau ATD… sans oublier la plateforme ATD dédiée à l’information et la promotion des acteurs du tourisme durable, un lieu d'échanges & de visibilité auprès des professionnels, médias et grand public !

Attention ! Des outils pour respecter et valoriser la culture, oui. Mais elle ne doit pas devenir objet de consommation, ni être “figée” comme c'est parfois le cas. “La culture doit avant tout rester vivante !” [Viatao]

En images

<
     
>
Categories Actualités