L’INNOVATION DANS LE TOURISME DURABLE : OÙ EN SOMMES-NOUS ?

mercredi 1 novembre 2017
Actus du réseau ESS - Économie circulaire
Technologie - E-Tourisme
Mobilité et transportsHébergementProducteurs et distributeurs de voyagesTerritoires et destinationsActivités et loisirsServices aux entreprisesEdition et médias
L’INNOVATION DANS LE TOURISME DURABLE : OÙ EN SOMMES-NOUS ?
TWITTER CHAT #TDTC « TOURISME DURABLE, INNOVATION & ENTREPRENARIAT »

Mardi 24 octobre, on se retrouvait sur Twitter à l’heure de la "pause déj’" pour un nouveau #TDTC : le « e-rendez-vous » entièrement dédié au Tourisme Durable !

Le thème abordé cette fois-ci ? L’innovation et l’entreprenariat. L’occasion de réfléchir et de créer ensemble le tourisme d’aujourd’hui et de demain.

Pour ce tweet chat nous n’avons pas fait appel à un invité, mais à quatre ! Frédéric Vaissade - Fondateur de l'agence de conseil Goodproject, Marine de Beaufort - CEO de la start-up Voy'Agir, Laurent Bougras - Directeur de la plateforme Fairbooking et Laurianne Le Cossec - Fondatrice du site France is Fun.

 

Q1 - Pour vous l'innovation c'est quoi ? L'approche durable du tourisme est-elle innovante ?

Pour parler d’innovation dans le tourisme durable, commençons d’abord par définir le terme "innovation" et la vision que l’on en a. Innover c'est oser développer de nouvelles idées de concepts, de produits, de communication, … qui vont aller à la rencontre d’un marché. [Nosy][Goodproject] Il ne faut pas forcément créer une « rupture ». En effet, l’innovation s’adapte puisqu’elle peut aussi améliorer l’existant. [Voy’Agir] C’est aussi sortir de sa zone de confort et faire des erreurs. [ID Tourism] On apprend d’elles pour avancer : « Le succès c'est aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme » Winston Churchill. [Goodproject] [France is Fun

Le développement durable permet d’orienter un secteur dans un sens différent, plus responsable, accessible et équitable. [Fairtrip] [Fairbooking] Le tourisme durable permet de repenser les usages et de reconnecter le voyageur avec son environnement. [Wecandoo] En bref, c’est une alternative innovante au tourisme « classique » pour mieux consommer. Une approche disruptive par rapport à l‘existant. [France is Fun] On se demande même s'il faut le considérer comme une innovation tant cela devrait être une norme. [Voy’Agir]

L’innovation n’est pas forcément liée à un coût élevé. Le terme indien « Jugaad » (ou frugal) illustre ces nouveaux concepts créés avec peu de moyens ou ressources. [ID Tourism] Elle peut être sociale, souvent technologique par l'invention d'outils simplifiant l'expérience voyageur mais aussi low-tech. [Fairtrip] [ID Tourism] [Voy’Agir]

Le marché se développe de plus en plus à travers l’émergence de nombreuses idées. Nous traversons la crise mais notre époque est aussi faite d’opportunités extraordinaires puisque tout est à réinventer ! [Goodproject] Demain sera bien durable mais il est urgent que la transformation se fasse dès aujourd'hui. [Goodproject] [Sara Duong]

 DM5g3U0WsAEYeOm

 

Q2 - Quelles sont les principales difficultés rencontrées lors du lancement de son projet d'entrepreneuriat social ?

Lancer son projet n’est pas chose facile. Les entrepreneurs doivent se préparer à traverser quelques difficultés. De façon pragmatique, la recherche de financement (surtout pour les jeunes) est un des principaux problèmes relevés. [Nosy] [Pandora Travel] [Goodproject] Bien que l’on sache qu’il en existe, les aides et outils supports sont difficiles à identifier. [Goodproject] Cette prise de risque est renforcée par la baisse des subventions des collectivités pour les projets sociaux et responsables, l’absence de financements privés ou des barrières administratives françaises. [Wecandoo] [ID Tourism] [Fairbooking] On peut parfois se sentir bien seul. Il faut aussi être capable de convaincre et d’être pris au sérieux pour présenter un projet d’innovation sociale dans le tourisme durable, surtout quand on est une femme. Il est également difficile de se faire connaître, mettre en avant ses projets et surtout faire durer son activité. [Nosy] [France is Fun] [Fairtrip] [Pandora Travel] [Voy’Agir]

Mais face à tout cela, le résultat en vaut la chandelle ! Une belle aventure dans laquelle il faut persévérer, être tenace sans être obstiné. [France is Fun][France is Fun] L’entreprenariat est un acte de foi : foi en soi et foi dans le projet permettant de ne jamais renoncer. [Voy’Agir] Il est plus que nécessaire de changer notre façon de consommer pour que d’autres alternatives soient possibles. [Pandora Travel] Le challenge c’est de tous penser "business as a force for good". [Wecandoo]

Le monde du « social business » explose actuellement. Il faut sortir du cadre fermé du "tourisme" et aller à la rencontre de ce qui se fait et s’en inspirer. C’est une chance à saisir ! [ID Tourism] [Goodproject] Tout comme le Tourisme durable, l’entrepreneuriat social doit être encouragé et l’innovation valorisée pour que l’image du « social » dépendant de subventions évolue. [Fairtrip] Beaucoup trop de projets restent au stade de l'idée. C’est un pas à franchir. [Goodproject]

 

Q3 - Y a-t-il des aides, outils, financements, dédiés à l'innovation dans le tourisme durable ?

Dans le tourisme durable comme dans les autres secteurs, il existe des solutions pour accompagner les projets, notamment les initiatives sociales. Divers acteurs apportent leur soutien aux innovations : BGE offre son appui à la création, la BPI (Banque Publique d’Investissement) propose des financements pour les entrepreneurs, France Active soutient l’emploi grâce à son réseau de proximité solidaire (il soutient entre autres les femmes qui entreprennent) tout comme Pôle emploi à un niveau plus global. [Nosy] Dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement durable, l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) propose son expertise et des conseils spécialisés dans l’accompagnement de ces projets. [Goodproject] De même que Blue Bees et Lendosphere se consacrent spécifiquement aux projets de développement durable. [Nosy]

En plus des aides proposées par les acteurs régionaux, départementaux ou européens, sur Internet on retrouve de nombreuses ressources facilement accessibles. Au niveau national, les CCI France et Amiens ont mis en place un guide pour référencer celles qui sont disponibles pour les entreprises en fonction de leurs besoins (reprise d’activité, croissance, entreprenariat, développement durable, …). [Louise De Torcy] Au niveau européen, les financements par l’Union Européenne dédiés au secteur du tourisme sont regroupés dans un guide. L’Europe s’engage également en consacrant des fonds pour le développement des territoires. Par exemple en Île de France, la région dédie 50 millions d’euros de financements. [Fairbooking] En effet, les projets de routes touristiques culturelles et transnationales durables avec le développement de voies cyclables et l’aménagement sont fortement appréciés. [Goodproject] [Mireille Ruinart]

En revanche, les participants du TDTC reprochent un grand manque de visibilité. Il y a des aides, mais elles sont bien trop souvent méconnues. La recherche d’information prend beaucoup de temps surtout lorsqu’il s’agit d’identifier celle qui correspond à son projet. Ils aimeraient un accompagnement dès cette étape cruciale. [France is Fun] [Pandora Travel] [Nosy] On note également que ces accompagnements sont parfois trop spécifiques à un même type de projet, pas assez adaptables ou tournés vers l’économie sociale et solidaire. Pandora Travel nous fait part de sa mauvaise expérience auprès de la CCI de sa région qui, sous ses conseils, n’aurait finalement pas existé. [Pandora Travel] Le projet France is Fun n’était pas assez innovant puisque pas suffisamment tourné « technologie » aux yeux de la BPI de Bretagne. [France is Fun] Depuis 2016, l’île de France a abandonné sous soutien à l’association ATD. [ID Tourism]

Face à ces problématiques, de nouveaux modèles d’accompagnements se créent. On découvre de plus en plus de structures innovantes appelées « change makers » tournées vers cette nouvelle économie sociale et solidaire (ESS) : les incubateurs d’entreprises comme Make Sense et son accélérateur Sense Cube dédié aux projets de start-ups. [Goodproject] Le Comité Départemental du Tourisme Aube en Champagne et la DGE (Direction Générale des Entreprises) vont lancer le slow tourisme lab, premier incubateur spécialisé dans le tourisme durable mettant à disposition outils et accompagnement humain. [Sara Duong] Depuis quelques années, on retrouve aussi des plateformes en ligne de financement participatif comme KissKissBankBank et Miimosa. Par exemple, le projet de Pandora Travel a été financé avec succès sur Ulule et ATD a choisi HelloAsso pour lancer sa première campagne de crowdfunding (n’hésitez pas à y contribuer !). [Pandora Travel] [Goodproject] [ID Tourism]

 

Q4 - Selon vous, les acteurs du tourisme durable ont-ils intégré la digitalisation ? Pourquoi ?

Pandora Travel, France is Fun et Fairtrip ont bien compris l’enjeu du digital aujourd’hui. Chacun a développé un outil numérique performant pour répondre aux différents besoins actuels : visibilité, collaboratif, personnalisation, circuit court, … Comme dans l’industrie du tourisme en général, on ne recense que quelques acteurs qui ont bien compris l’enjeu autour de l'évolution des habitudes de consommation. [Nosy Voyages] [ID Tourism] La digitalisation apparaît comme antinomique du durable alors qu’au contraire, elle peut amener plus de durabilité. Les plateformes qui permettent, entre autres, de créer des ponts avec les acteurs traditionnels ont pour socle le digital. [Wecandoo] Et ce dernier peut être utilisé sur toute la chaîne du tourisme durable : du choix d’une destination à la mesure des impacts. [Goodproject]

Alors quels sont les freins ? Le sous financement, l’absence d’investissements privés, une réticence à l’utilisation de l’outil (déconnexion du réel, pas assez « humain » ou naturel), association à la consommation de masse, … ces quelques réserves viennent faire obstacle au développement de la digitalisation du tourisme durable. [Fairtrip] [Fairbooking] [Voy’Agir]

Pourtant, elle présente de réels avantages. En plus de répondre aux besoins sociaux, environnementaux et économiques liés au développement durable (comme la mise en relation des communautés), le digital accompagne les entreprises dans la réduction de leurs coûts (une agence en ligne n’a pas de loyer à payer et consomme moins d’énergie), offre une expérience utilisateur plus forte et permet d’atteindre une cible plus large, plus jeune et connectée. [Fairtrip] [Nosy [France is Fun] [Goodproject]

 

Q5 - Les start-ups sont-elles assez présentes dans le tourisme durable ? Avez-vous des exemples ?

De nouvelles idées apparaissent tous les jours. Des projets innovants il y en a : le TransOceanic Wind Transport (ou TOWT) permet de transporter des marchandises et des passagers de façon écologique au moyen d’une voile et en affrétant des vieux gréements, Elseways propose des circuits pour aller à la rencontre des producteurs régionaux et européens, Wecandoo offre une expérience conviviale d’artisanat, Widetrip permet de visiter une ville de façon authentique avec un guide local, … [Goodproject] [Sara Duong]

Dans le secteur du tourisme, on voit de plus en plus de start-ups qui se créent, notamment dans le « collaboratif », grâce au développement de financements. En revanche, très (trop) peu sont présentées dans le tourisme durable. Beaucoup d’opportunités sont à saisir, des pistes à explorer pour innover là où tout est encore à réinventer ! [Fairtrip] [Voy’Agir] [Pandora Travel] [Wecandoo] [France is Fun] [Fairbooking] [Goodproject] Des concepts actuels montrent la voie : les « tech for good » pour disrupter le tourisme durable par le digital ou à l’inverse le « low-tech » et le « jugaad ». Autre exemple, le patrimoine et les territoires attirent et peuvent être sujet à de beaux projets. [Wecandoo] [Goodproject] Comme l’incubateur « Slow Tourisme Lab », espérons que d’avantage d’initiatives viendront booster les startups et l’innovation dans le tourisme durable. [Fairtrip]

Il faut surtout changer les idées reçues, penser différemment, faire passer ses valeurs avant le profit. [Fairtrip] [RilleEyes Solidarity] Inventons de nouveaux modèles économiques entre impact et rentabilité (un appel à projets européens est lancé par Goodproject sur le sujet). [Goodproject] Parfois il faut se battre pour justifier ses idées, mais c’est ça l’entrepreneuriat social ! L’essentiel étant d’agir en proposant une autre façon de voyager responsable et solidaire pour le futur. [RilleEyes Solidarity]

 

Q6 - Comment susciter plus de projets start-ups dans le tourisme durable? Comment se faire rencontrer acteurs du tourisme durable et entrepreneurs sociaux ?

Les secteurs autres que celui du tourisme sont des sources d’inspiration et sont en même temps l’occasion de créer des synergies (environnement, énergie, économie sociale et solidaire). Prenons l'exemple de l’économie sociale et solidaire, un secteur à développer pour créer un impact social et positif fort dans le tourisme durable : valorisation des structures sociales, restaurants associatifs, entreprises d’insertion ... Un thème qui pourrait être abordé pour les tables rondes des prochaines Universités du Tourisme Durable. [Louise De Torcy] [Sara Duong] [Fairtrip]

Il faut donner de la valeur aux jeunes entrepreneurs pour qu’ils puissent communiquer sur leurs projets et actions pour au final inspirer et susciter des vocations. [France is Fun] De belles idées peuvent naître d’échanges et projets collaboratifs, des moments importants à valoriser. Par exemple, des rencontres entre jeunes start-ups et grands groupes de l’industrie seraient  l’occasion pour les uns de s’inspirer et innover, et d’autres de faire grandir leur projet. Des échanges « gagnant-gagnant » qui pourraient ressembler à un « hackathon » du tourisme durable durant lequel des start-ups ou jeunes professionnels interviennent pour trouver des solutions aux problématiques de grandes entreprises par thématique (énergies, économie circulaire, biodiversité, etc.). Un moyen d’enfin démocratiser le tourisme durable. [Sara Duong] [Goodproject]

D’autres pistes sont envisageables pour renforcer les échanges au sein de la communauté d’acteurs engagés ou intéressés : groupe Facebook dédié pour des conseils au quotidien, création d’un réseau social du tourisme durable (ATD envisage de créer pour 2018 des groupes de discussion sur Slack par thème), organisation d’ateliers en afterwork pour partager des idées et des bonnes pratiques, … [Pandora Travel] [France is Fun] [Sara Duong]

Le réseau ATD a encore de beaux projets devant lui à exploiter autour du tourisme durable : ouvrir un département RSE ou ESS responsable d’événements, participer à la création d’un fond de financement (amorçage, accompagnement) dédié à ces projets, lancer des appels à projets spécifiques (pour susciter un élan chez des acteurs comme la BPI, l’Ademe, France active), collaborer au développement des initiatives du Welcome City Lab à d’avantage de communes et aux actions de Make Sense, Ticket for Change. [France is Fun] [Goodproject] [Wecandoo] [Fairbooking]

Des moyens doivent être mis en œuvre pour que le Tourisme Durable devienne la norme en France qui, en tant que première destination touristique, doit montrer l’exemple. Les Palmes du Tourisme Durable ont été lancées en ce sens. [France is Fun] [Goodproject]

« Together, let’s change the world by traveling » [Fairtrip] « Tourisme durable, stronger together » [Goodproject]

 

En images

<
      
>